Méditation de pleine conscience

«Restaurer la beauté en moi-même »

texte de Sandi Higgins inspiré de Thich Nhat Hanh


1.

J’inspire, je sais que j’inspire. 

J’expire, je sais que j’expire.

J’inspire. J’expire.


2.

J’inspire, je me vois comme une fleur, comme un tournesol du sud de la France. 

J’expire, je me sens éveillé(e) par les rayons du soleil intérieur.

Tournesol. Eveillé(e).


3.

J’inspire, je me vois comme une montagne, la plus haute montagne du monde, le Mont Everest, dans la chaine himalayenne.

J’expire, je suis stable et bien situé(e) entre le ciel et la terre.

Mont Everest. Stable entre ciel et terre.


4.

J’inspire, je me vois comme l’eau calme d’un lac, Lac Atitlan, le lac le plus profond d’Amérique centrale. 

J’expire, je reflète la réalité profonde comme un miroir clair.

Lac Atitlan. Miroir clair.


5.

J’inspire, je me vois comme l’espace immense, chacune des cellules de mon corps comme des étoiles dans la Voie Lactée. 

J’expire, je fais partie de l’infini. 

Voie Lactée. Infini.


Sandi a écrit cette méditation après la méditation du même nom de maître zen vietnamien Thich Nhat Hanh. “Quand nous méditons, nous utilisons plus notre conscience du tréfonds (subconscient) que notre mental. C’est pourquoi les images sont plus utiles que les concepts abstraits.” – Thich Nhat Hanh, Un lotus s’épanouit. Pour soutenir la communauté mondiale de Thich Nhat Hanh et son continuation, merci de faire un don au Village des Pruniers.

%d bloggers like this: